« Oktave est connu et reconnu »

Mise à jour le 29 novembre 2018

Directeur Général de la SEM Oktave depuis fin juin, Maxime Lenglet a pris à bras-le-corps ses missions. Il fait le point sur ses premiers mois et sur les objectifs de rénovation énergétique dans le Grand Est fixés à Oktave.

- Comment s’est déroulée votre prise de fonction ?
- Dès mon arrivée, je me suis attelé à la constitution, en tant que telle, de la Société d’Economie Mixte Oktave avec son enregistrement administratif, son immatriculation et sa constitution économique. La société a été officiellement immatriculée le 13 juillet dernier. L’étape suivante a consisté à dresser un état des lieux des politiques de rénovation énergétique telles qu’elles étaient relayées sur les différents territoires. En Alsace, les choses sont assez claires dans la mesure où la marque Oktave existe depuis 2 ans maintenant et que les plateformes fonctionnent sous ce label. Cet été, j’ai commencé à faire le tour des autres plateformes sur le Grand Est et je continue en cette période de rentrée. Certaines fonctionnent de manière indépendante, d’autres se posent des questions sur leur pérennité, tandis que certaines ont pu être lancées avec le service et l’ingénierie Oktave.

- Pourquoi une SEM pour développer Oktave ?
- Mener une politique de rénovation énergétique à l’échelle du Grand Est, avec la volonté d’atteindre les objectifs fixés par la LTECV (Loi relative à la Transition Energétique pour la Croissance Verte) qui fixe l’objectif d’avoir un parc bâti avec un niveau BBC à l’horizon 2050, ne pouvait se faire qu’en disposant des moyens liés à une société commerciale. Il devenait difficile d’envisager une massification de la rénovation énergétique avec des fonds uniquement publics.

« 1 500 rénovations/an en 2023 » 

 

- Quels objectifs ont été fixés ?
- Le tableau de marche a été défini, a minima pour structurer nos fonds et nos moyens humains. Nous avons programmé une montée en régime pour que dans 5 ans, nous accompagnions 1 500 rénovations par an dans le Grand Est. Evidemment, on ne s’interdit pas d’aller au-delà…

- Comment se porte la rénovation énergétique dans le Grand Est ?
- Nous sommes l’une des régions de France les plus en avance en la matière. Le Grand Est a eu le mérite de s’être penché sur cette question depuis plusieurs années, d’abord avec le dispositif Contrat Climat Energie (300 chantiers pionniers sur le territoire lorrain), puis avec les programmes « 50 chantiers pionniers » et « Je Rénove BBC » (500 chantiers BBC sur le territoire alsacien). Ces projets ont permis d’identifier les principaux freins et leviers pour orienter l’intervention régionale vers une massification du nombre de projets. Oktave a donc été créée pour lever ces freins et actionner les leviers de la rénovation à grande échelle.
Le but désormais est d’atteindre (tous acteurs confondus) 38 000 rénovations énergétiques par an sur tout le territoire pour atteindre l’objectif fixé par la LTECV. Aussi, chaque jour passé sans rien faire est un jour perdu. Le constat que nous avons fait est que très peu de structures ont été mises en place dans la région pour atteindre les objectifs de rénovation du bâti. Oktave est un vrai pionnier dans ce domaine. Aujourd’hui, en France, cinq entités existent : Pass Picardie, dans les Hauts-de-France ; Artéé en Nouvelle-Aquitaine ; Bordeaux Métropole qui démarre ; Energies Posit’If, en Ile-de-France ; et Oktave dans le Grand Est.

« Une vraie valeur ajoutée d’être accompagné » 

 

- Comment procéder pour accélérer la rénovation énergétique ?
- On assiste à une prise de conscience collective. Cela s’est accentué cet été, avec les fortes chaleurs. L’impact du changement climatique est, je crois, entré dans l’esprit de tous. D’ailleurs, quand on parle à des propriétaires de maison individuelle de rénovation énergétique efficace, cela fait écho. Le travail de communication mené depuis quelques années sur la valeur ajoutée d’être accompagné dans son projet de rénovation porte ses fruits aujourd’hui. Oktave est connu et reconnu par les particuliers et les professionnels du bâtiment. Désormais, nous devons encore mieux expliquer tous les aspects bénéfiques d’une rénovation énergétique accompagnée par Oktave.

- Justement, quels sont les avantages, pour un propriétaire, d’être accompagné par Oktave ?
- Les avantages sont nombreux. On peut d’abord citer la simplification des démarches. Pour les propriétaires, Oktave devient le guichet unique avant, pendant et après la rénovation. Ensuite, l’aspect le plus important est bien entendu l’accompagnement financier. Nous faisons en sorte que les factures énergétiques soient divisées par 3 ou 4 à l’issue des travaux. On peut également mettre en avant le fait d’être accompagné pour trouver les meilleures solutions de financement, tout au long du projet. Nous allons même proposer une solution d’avance des aides ! L’accès aux certificats d’énergie, faciliter les prêts à taux zéro, les prêts bancaires voire même le tiers financement sont autant d’atout plaidant en faveur d’Oktave. Toute cette ingénierie financière proposée par Oktave doit contribuer à réduire les efforts financiers des propriétaires et, dans certains cas, à sortir les familles de leur précarité énergétique. Bien entendu, la mise en en relation des avec des professionnels qualifiés, le suivi des travaux, l’optimisation des devis et les compétences techniques de nos conseillers constituent autant d’avantages, pour un propriétaire, à être accompagné par Oktave.

« Le partenariat avec Orpi va faire émerger des idées » 

- Oktave est-il présent, aujourd’hui, sur tout le Grand Est ?
- En Alsace, le maillage est bien fait avec une dizaine de conseillers du nord au sud. Par contre, c’est plus disparate ailleurs. Si la prise de conscience a bien eu lieu, ils sont dans l’attente de voir arriver concrètement Oktave pour mener une politique locale de rénovation énergétique.

- Au début de l’été, Oktave a signé un partenariat avec Orpi Alsace. Est-ce un modèle à duppliquer à l’avenir ?
- Il est important qu’Oktave puisse nouer ce genre de partenariat avec un maximum d’opérateurs du secteur immobilier. J’ai d’ailleurs bon espoir que d’autres acteurs de ce secteur emboitent ce pas, le partenariat avec Orpi n’étant pas exclusif. Nous avons vu et rencontré d’autres enseignes. Mais cette convention a, effectivement, le don de faire émerger des idées sur l’ensemble du réseau Orpi en proposant maintenant, avec ce réseau, des biens immobiliers en « VEFA (Vente en l’Etat Futur d’Achevement) Réno » avec une étude détaillée des travaux de rénovation à réaliser pour atteindre un niveau BBC.

- L’exigence sur les artisans formant les groupements sera-t-elle toujours la même à présent ?
- Tous les professionnels du bâtiment qui sont présents aujourd’hui et demain sur le projet Oktave doivent réaliser un parcours de labellisation Oktave. Il n’est pas envisageable que les chantiers Oktave soient menés par des artisans non labellisés car nous avons une obligation de résultat. Avec les formations type DORéMI, nous avons mis en place une méthodologie dans la formation et l’accompagnement des professionnels. Nous allons, évidemment, largement nous en inspirer pour nos futurs groupements, en proposant des parcours simples et efficaces.

Découvrir les autres actualités d'Oktave